L'image “https://veronikap.files.wordpress.com/2010/09/fragonard-feu.jpg?w=300” ne peut être affichée car elle contient des erreurs.

                                                  Le feu aux poudres Fragonard

 "Sans alibi mythologique et sans fausse pudeur, il dénude les seins, soulève les chemises. Aux détails surabondants et égrillards, aux contenus excessivement narratifs des estampes populaires ou des gouaches de maîtres renommés, Fragonard préfère l’essentiel: l’abandon d’un corps nu, la sensualité d’une étreinte à laquelle la jeunesse des modèles confère spontanéité et fraîcheur…le style très peu apprêté, fluide, presque allusif, de Fragonard, ainsi que la douceur de ses coloris font de toiles telles que le Baiser ou l’instant désiré de purs moments de poésie""

 File:Fragonard ma chemise brule louvre.jpg 
Ma chemise brûle

https://i1.wp.com/lunettesrouges.blog.lemonde.fr/files/2007/10/fragonard-les-debuts-dumodele.1191587853.jpg

Les débuts du modèle de Fragonard 1769

Les débuts du modèle, où la scène classiquement chargée d’érotisme du peintre et son modèle est aimablement détournée : ici la mère vante les charmes de sa fille, modèle débutante. Elle lui dénude les seins, d’une blancheur immaculée; le peintre, voulant mieux s’informer, soulève le jupon avec une longue baguette, bien évidemment symbolique. Touchée ! La jeune fille, faussement effarouchée, fait mine de résister et détourne la tête. Il suffit de suivre le regard de la mère (ou serait-ce une entremetteuse ?), dirigé sans vergogne vers le renflement du pantalon rose du peintre, pour saisir toute l’ambiguïté charmeuse de la scène. D’un tiroir entrouvert pend un mouchoir; et que peuvent bien être les trois trous carrés dans le pied du chevalet ? Je ne suis pas certain d’y percevoir la  part sombre de Fragonard, mais c’est aimablement réjouissant.  

https://i0.wp.com/correcteurs.blog.lemonde.fr/files/2009/08/gimblette.1251704248.JPG

Le feu aux poudres

Jeune fille faisant danser son chien sur son lit dit la gimblette – Fragonard
vers 1770 version de Munich La
 
"Une gamine aux bonnes joues rose et son king-charles blanc paraissent s’amuser innocemment. La complicité de ces deux-là n’est pas mince: le même ruban bleu vif ceint le cou du chien et le bonnet de la fillette, qui, dans l’agitation, a glissé sur l’oreiller! "
[La+Gimblette.jpg]
 
La gimblette vers 1768

zoom -

Les hasards heureux de l’escarpolette
1767

 
 
Publicités